Java, entre encens et soufre

Autre croyance, autres temples

À la sortie de la ville, les temps de Prambanan semblent la réponse des hindouistes à la splendeur de Borobudur. Ici, pas de temple unique, mais des centaines, rongés par la végétation et les tremblements de terre. L’ensemble principal dédié à la triade Shiva, Brahma, Vishnou rappelle les plus belles réalisation d’Angkor.

À la tombée de la nuit, les flèches de pierre percent le ciel tandis que les dieux restent à l’affût dans leurs chapelles. Autour des terrasses des trois temples principaux, c’est une débauche de bas-reliefs qu’une semaine suffirait à peine à détailler. Cap à l’est vers le Bromo, star des 17 volcans javanais en activité.

Comme à Borobudur, il faut se lever aux aurores pour voir les rayons solaires dissiper les cônes volcaniques. Si, depuis le belvédère, le Bromo paraît modeste, l’effort pour le rejoindre ne l’est pas, au travers d’une mer de sable noir, semée de pierres ponces et après une bonne escalade.

Au bord du cratère, les fumerolles hypnotisent et laissent un goût amer en bouche. les hindous vénèrent le volcan et y jettent des fleurs en offrande. Rien n’empêche d’ailleurs les musulmans d’en faire autant. Le fanatisme a beau avoir ses adeptes, le respect et un syncrétisme teinté d’animisme restent de mise dans le plus grand pays islamique.

Ceux que les volcans fascinent poursuivront vers le Kawaw Ijen, médiatisé par Nicolas Hulot avec son lac d’acide turquoise et ses poteurs de soufre. Les autres auront bien du mal à résister à l’appel des plages et des sirènes balinaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *